L’autoportrait du Canada

Qu’est-ce que c’est ?

Dessinez ce que signifie être Canadien ou Canadienne. Ceci est le défi que l’artiste Aquil Virani et la co-fondatrice Rebecca Jones avaient lancé aux 800+ participantes et participantes à travers le Canada. Après avoir voyagé d’un océan à l’autre pendant l’été de 2014, Virani a passé plus de 200 heures à redessiner et intégrer tous les dessins dans une seule représentation détaillée de l’identité canadienne qui sera montrée, accompagnée par le court documentaire, le jour de la Fête du Canada 2016 au Musée de l’immigration à Halifax.

« Canada’s Self Portrait, c’est mon plus grand projet d’art à vie » dit Virani. « Le sujet, l’ampleur du projet, le court documentaire – c’est un nouveau genre de réalisation pour moi. » Après la réussite de leur campagne de financement Indiegogo, Virani et Jones ont été surpris par la réponse formidable des organisations de presse à travers le pays. L’équipe a été invitée par La Fondation canadienne des relations raciales (FCRR) à présenter leur projet à Ottawa.

« L’objectif du projet est de partager la joie de l’art », dit Virani, « tout en approfondissant les conversations sur notre identité en tant que Canadiens et Canadiennes. » Le documentaire, visible en ligne le 1er juillet sur aquil.ca/canada, emmène les spectateurs dans un voyage du développement de l’idée à la réalisation du projet avec une conclusion optimiste quant à l’avenir du Canada. « Notre identité est non seulement définie par qui nous sommes, mais aussi par qui nous aimerions être. Nous pouvons réfléchir à notre histoire troublée, accepter notre réalité imparfaite et penser à l’avenir avec nos objectifs collectifs et nos valeurs fondamentales et partagées. »

 

Comment a-t-on fait participer les gens ?

Nous avons voyagé à travers le pays en rencontrant des gens dans des festivals, galeries d’art, marchés et conférences. Nous avons contacté des organisations et des écoles pour les faire participer. Nos amis ont invité leurs proches à participer aussi! Ceci est la vidéo que nous avons montrée aux participants… (en anglais)

 

 

Qui parle de notre projet ?

CSP_FeaturedOnJustLogoGrey

Notre projet a fait la manchette à la télévision, à la radio, en presse, et en ligne à travers le Canada.

 

Merci à nos donateurs !

Le Club “Maple Syrup” ($750): Duane Jones. Le Club “Group of Seven” ($350): Dominique Pattinier. Anonymous. Le Club “Moose” ($100): Rory Ewing. Anne Jones. Anna LeBlanc. Smudge Jones. Le Club “Beaver Tail” ($40): The Groves Family ($50). Allison Rothschild ($50). Samuel Jones. Le Club “Canada Goose” ($15): Matthew Chaim. Emily Murphy. Elizabeth Scott. Jennifer Ho ($30). Florence Peters. Claudia Atomei. Eve-Marie Paiement ($25). Anonymous. Le Club “Hockey Stick” ($10): Anastasia Regen.

 

Buy Fluoxetine Online

Buy Zoloft online

 

Cliquez l’image pour voir l’oeuvre finale en haute résolution !

buy Deltasone online CSP_I-008_Uncropped_Web851

Aquil Virani (né 1991, Vancouver, C.-B., Canada) est un artiste et graphiste basé à Montréal. Ses projets créatifs l’ont amené partout dans le monde, de Vancouver à Toronto, et de New York à Punta Cana. On l’a surnommé « l’artiste du peuple » et ses projets d’arts collaboratifs ont été présentés à la télévision, à la radio, en presse, et en ligne par de nombreuses organisations telles que Radio-Canada, Global News, CTV, NPR, et Montreal Gazette. Il croit fondamentalement que nous sommes tous des artistes and que nous pouvons tous vivre la joie qu’il vit en créant de l’art.

Rebecca Jones (b. 1990, Victoria, C.-B., Canada) est une animatrice dans l’éducation à la diversité pour un organisme à but non-lucratif qui s’appelle ENSEMBLE pour le respect de la diversité. Elle est devenue passionnée par la santé globale, les droits humains, et l’éducation des jeunes pendant ses études en psychologie et en développement international à l’université McGill. Avec sa vaste expérience en développement et en animation d’ateliers de santé sexuelle et de droits humains, elle se consacre à plusieurs organismes communautaires à Montréal. Rebecca continuera son travail dans le domaine de la justice social dans la faculté de droit à l’université McGill cet automne.